Actualité à la Hune

Tour de Bretagne

Charlie Dalin : «Les meilleurs sont là...»

Ce samedi, le coup d’envoi du 11e Tour de Bretagne est donné au large de Saint-Malo. Au programme pour les 23 duos engagés : une semaine de course intense qui les mènera de la cité corsaire jusqu’à Piriac-sur-mer en passant par Lézardrieux, Camaret-sur-mer, Larmor-Plage et Quiberon, avec quatre parcours côtiers, une course de nuit et les tours de Bréhat et Groix, pour un total de 320 milles. Comptant cette année pour la première fois pour le Championnat de France Elite de Course au Large, l’épreuve rassemble toutes les têtes d’affiche du circuit des Figaro Bénéteau, parmi lesquelles Charlie Dalin. Le skipper Macif 2015, champion en titre, espère logiquement monter sur la plus haute marche du podium et ainsi grappiller un maximum de points pour le championnat. Un championnat dont il était, une nouvelle fois, le grand favori cette année, mais qui devrait lui échapper au profit de Nicolas Lunven, la faute à une Solitaire Urgo-Le Figaro menée en deçà de son niveau habituel. Reste que désormais, même si une victoire sur la plus exigeante des courses en solitaire et à armes égales demeure un objectif, son regard est d’ores et déjà tourné vers le Vendée Globe 2020.
  • Publié le : 26/08/2017 - 00:01

Charlie DalinAprès avoir obtenu son diplôme d’architecture navale en 2006 à l’université de Southampton, Charlie a rapidement mis le cap sur la Course au Large.Photo @ Alexis Courcoux/Macif
Voilesetvoiliers.com : La 11e édition du Tour de Bretagne s’ouvre aujourd’hui. Jusqu’ici, vous n’y avez participé qu’une seule fois (en 2011). On imagine que pour vous, comme pour nombre de vos concurrents, le fait que l’épreuve compte aujourd’hui - pour la première fois - pour le Championnat de France Elite de Course au Large la rend particulièrement attrayante ?
Charlie Dalin : Clairement, même si elle ne compte que coefficient 1 pour le Championnat, c’est-à-dire l’équivalent seulement d’une étape de la Solitaire. Il y a logiquement un effet de motivation puisque tous les meilleurs coureurs du circuit sont là pour aller chercher les points qu’il y a à prendre. Le niveau de cette édition est ainsi plus élevé que le niveau moyen de la course depuis sa création. Il y a vraiment de très belles équipes au départ et comme les étapes sont relativement courtes, je pense que ça va être très serré. Ca va donc être une semaine très intense. Une semaine intéressante aussi, avec pas mal de nouvelles têtes et de gens issus de différentes séries. Au-delà du retour d’un certain nombre de Vendée-Globistes, comme Morgan Lagravière, Paul Meilhat ou Vincent Riou, qui connaissent bien le Figaro, on note, en effet, la présence de jeunes coureurs comme Quentin Delapierre, par exemple. Lui a déjà participé à la course il y a deux ans, avec Yoann Richomme, et on sait que c’est un régatier très talentueux. Le format de la course permet une multitude de choses et on a vu, ces dernières années que ce qui fonctionne généralement assez bien, c’est l’alliance d’un coureur in-shore (olympisme, match-racing…) et d’un Figariste qui connait bien son bateau.

Voilesetvoiliers.com : Vous partez en duo avec Martin Le Pape, votre partenaire de team. Vous vous connaissez bien et vous travaillez ensemble depuis plusieurs mois. On imagine que vous avez de grosses ambitions ?
C.D. : Martin et moi travaillons ensemble depuis son arrivée dans le team Macif et c’est forcément un atout. Nous avons tous les deux des profils de coureur assez similaires. Nous avons, l’un comme l’autre, de l’expérience en in-shore, mais nous nous sommes largement orientés plus au large ces dernières années. De plus, nous avons des façons de fonctionner assez complémentaires, avec évidemment des mécanismes un peu différents liés à nos personnalités. Cela se vérifie notamment dans nos processus de décisions personnelles, ce qui est, du coup, intéressant. Je pense que nous formons un bon équipage et je suis persuadé que nous allons bien marcher. Comme je l’ai déjà dit, tous les points sont bons à prendre pour le Championnat de France 2017. Après les quatre premières épreuves (La Solo Normandie, la Solo Concarneau, la Solo Maître Coq et La Solitaire Urgo – Le Figaro, ndlr), je suis quatrième, mais à égalité de points avec Adrien Hardy, 3e, et à cinq points seulement de Sébastien Simon, 2e. La deuxième marche du podium reste donc à ma portée. La régularité va, comme toujours, être importante et il va falloir tenir le coup jusqu’au bout. On va bien voir ce qui se passe mais je vais faire le maximum pour gagner le plus de places possibles.

Charlie DalinCharlie Dalin a dominé le cirtcuit des Figaro Bénéteau ces deux dernières années, mais la Solitaire Urgo - Le Figaro lui a résisté de nouveau cette année. Elle reste un objectif pour lui.Photo @ Alexis Courcoux/Macif
Voilesetvoiliers.com : Ce titre de champion de France, vous l’avez déjà remporté à deux reprises (en 2014 puis en 2016). En début de saison, on vous annonçait d’ailleurs comme le grand favori, y compris pour la Solitaire Urgo – Le Figaro, la course phare du circuit qui vous tendait les bras mais qui vous a, une nouvelle fois, échappé. Comment l’avez-vous vécu ?
C.D. : Je n’ai effectivement pas gagné cette année, même si j’ai remporté la majorité des courses en solitaire de ces deux dernières années. Je suis malgré tout heureux d’être monté sur le podium pour la quatrième année consécutive. En fait, c’est surtout ça que je retiens. Je n’ai, certes, pas réussi à décrocher la victoire, mais je garde en tête la régularité dont j’arrive à faire preuve. Ce qui m’a manqué ? Sans doute un peu de réussite. Je ne sais pas trop. Je pense que je n’ai pas navigué à mon niveau sur la première étape. Après, ce que je me dis, c’est que même dans ce contexte j’ai réussi à faire troisième, ce qui n’est quand même pas mal. Malheureusement ou heureusement, je ne suis pas un robot. J’ai eu une petite phase de moins bien et j’étais loin de l’état de grâce dans lequel a pu être Nicolas Lunven, par exemple. Ce sont des choses qui arrivent, malheureusement.

Voilesetvoiliers.com : Aujourd’hui, votre contrat au sein du team Macif arrive presque à son terme. Cette victoire sur la Solitaire reste-t-elle votre objectif ?
C.D. : A terme, j’aimerais bien la gagner. Je serai plus qu’heureux de revenir sur la Solitaire, mais aujourd’hui, ce n’est plus mon projet primaire. Désormais, mon objectif c’est d’être au départ du Vendée Globe 2020. Je pense que j’ai les compétences pour en faire partie. J’étais déjà remplaçant de Yann Eliès (Groupe Quéguiner – Leucémie Espoir) lors de la dernière édition, l’hiver dernier. Ce n’était alors pas moi qui avais décrété que j’étais prêt pour y aller, mais Yann et son sponsor qui m’avaient choisi. Je pense néanmoins que j’en suis capable, avec des ambitions sportives bien sûr. Evidemment, je serai très heureux de revenir sur le circuit Figaro, mais j’aimerais en fait que ça devienne un support d’entraînement, un peu comme cela a été le cas pour Yann ou Jérémie (Beyou) ces dernières années. Pour résumer : aujourd’hui, je suis clairement plus obnubilé par le fait d’être au départ du Vendée Globe que par celui d’aller chercher une victoire sur la Solitaire.

MacifEn 2011, Charlie intègre le Pôle Finistère Course au Large de Port-la-Forêt où il débute en Figaro Bénéteau, la catégorie reine de la course au large en solitaire. Dès sa deuxième saison, il remporte la Transat AG2R la Mondiale aux côtés de Gildas Morvan. Les années suivantes seront faites de podiums et victoires sur ce circuit si exigeant, dont le si convoité titre de Champion de France Elite de Course au Large en solitaire, qu’il remporte par deux fois.Photo @ Alexis Courcoux / Macif

Les inscrits

N°67 LORIENTREPRENDRE  LIVORY Yannig / LIVORY Erwan
N°92 GEDIMAT  CHABAGNY Thierry / DUTHIL Fred
N°5 BRETAGNE CMB PERFORMANCE  SIMON Sébastien / RIOU Vincent
N°25 BRETAGNE CMB ESPOIR  RHIMBAULT Pierre / PONTHIEU Christian
N°40 TEAMWORK  METTRAUX Justine / METTRAUX Bryan
N°3 GENERALI  LUNVEN Nicolas / MAHÉ Gildas
N°74 NIBELIS  LE TURQUAIS Tanguy / DELAPIERRE Quentin
N°192 SATECO  DUTREUX Benjamin / LAGRAVIERE Morgan
N°19 #ThéoEnFigaro  MOUSSION Théo / PELISSIER Sylvain
N°8 Groupe SNEF  MACAIRE Xavier / RICHOMME Yoann
N°1 Skipper Macif  DALIN Charlie / LE PAPE Martin
N°6 Ovimpex - secours populaire  MARCHAND Anthony / MEILHAT Paul
N°32 AGIR Recouvrement  HARDY Adrien / RUYANT Thomas
N°12 Eclisse  LAGUETTE Cécile / MULLOY Joan
N°62 ARDIAN LEBOUCHER Pierre / TABARLY Erwan
N°68 FINISTERE MER VENT Delpech Noé / DANET Miguel
N°88 TEAM VENDEE FORMATION PULVE Julien /
N°9 CUSTO POL LOISON Alexis / QUIROGA Pierre
N°38 FAUN Environnement - Martinique Destination Voile GODART-PHILIPPE Arnaud / MORVAN Gaston
N°69 NF HABITAT DOUGUET Corentin / TROEL Simon
N°97 CZECHING THE EDGE KOLACEK Milan / BIARNES Vincent
N°95 SAFERAIL CLOAREC Damien / JOURDREN Bruno
N°85 SEACAT SERVICES ROBERTS Alan / GOODCHILD Sam


Programme de la 11e édition du Tour de Bretagne

26 août – Saint-Malo
Samedi 26 août : 9h30 départ étape 1 Saint-Malo-Lézardrieux (44 milles)

27 au 28 août - Lézardrieux
Samedi 26 août : Fin d’après-midi arrivée de l’étape 1
Dimanche 27 août : 12h-17h Tour de Bréhat (20 ou 26 milles)
Lundi 28 août : Départ 12h étape 2 Lézardrieux-Camaret (104 milles)

29 au 30 août - Camaret-sur-Mer
Mardi 29 août : 11h Matinée arrivée étape 2
Mercredi 30 août : 7h15 Départ étape 3 Camaret-Larmor-Plage (80 milles)

31 août au 1er septembre - Larmor-Plage : 19h Soirée arrivée étape 3 (Kernevel)
Jeudi 31 août : 12h-17h Tour de Groix et/ou parcours construits (15 milles)
Vendredi 1 septembre : 9h Départ étape 4 Larmor-Plage-Quiberon (28 milles)

1er et 2 septembre - Quiberon
17h Fin d’après-midi arrivée étape 4
Samedi 2 septembre : 9h Départ étape 5 Quiberon-Piriac-sur-mer (25 milles)

2 septembre - Piriac-sur-mer
17h Arrivée de l’étape 5 dans l’après-midi – 20h00 proclamation des résultats